Où vous voyez-vous dans cinq ans?

Non, Nos Réponses ne s’est pas transformé en site philosophique! En entrevue pour un pour un emploi, la question « Où vous voyez-vous dans cinq ans? » suit généralement celles sur vos trois plus grandes qualités et vos trois pires défauts.

Comment répondre à cette question d’entrevue en restant honnête et en ne compromettant pas vos chances d’obtenir l’emploi?

Que veulent-ils savoir exactement?
Avant toute chose, ceux qui font passer les interviews d’emploi veulent savoir :

1- Vaut-il la peine d’investir temps et argent pour former ce candidat? (combien de temps restera-t-il avec la compagnie?)

2- Ses aspirations d’emploi concordent-ils avec le poste pour lequel il applique? Par exemple, si vous appliquez pour un poste en traduction, mais que vous répondez que vous voudriez devenir directeur des ventes, il se peut que vos objectifs de carrières ne soient pas clairs pour l’entreprise.

3- Ce candidat est-il motivé et que peut-il apporté à notre entreprise? Si vous répondez que vous vous voyez toujours au poste pour lequel vous appliquez, vous pourriez être perçu comme une personne sans objectif professionnel et quelque peu démotivé.

Comment répondre à la question?

1- Faites valoir votre expérience et vos acquis des dernières années. Par exemple : « Ces cinq dernières années, j’ai appris à former des employés. Je m’attends d’ici les cinq prochaines années à toujours améliorer ces acquis et à pousser plus loin la gestion d’employés.» Cela fait valoir votre expérience et donne aussi l’idée que vous désirez vous améliorez davantage et en apprendre plus dans votre poste actuel ou pour un poste supérieur.

2- Démontrez de l’enthousiasme pour le poste pour lequel vous appliquez. Faire preuve de motivation pour l’avancement dans la compagnie démontre une motivation. Par contre, il faut toujours garder en tête que vous devez aussi démontrer un enthousiasme pour le poste pour lequel vous appliquez. Si un employé n’aime pas ce qu’il fait, comment peut-il se rendre au travail à tous les jours et resté motivé?

3- Restez réalistes. Par exemple, si vous appliquez pour un poste de bas niveau, ne vous attendez pas à être à la tête de la compagnie dans cinq ans. Fixez-vous un but réaliste et atteignable en cinq ans.

Les pièges à éviter

1- «Je n’ai pas vraiment de plan d’avenir».

Cette réponse démontre un manque de motivation de la part du candidat. Elle envoie aussi le signal que vous pourriez être un employé qui ne fait qu’attendre son chèque de paie et n’apportera rien de plus à l’entreprise.

2-  «Je n’y ai jamais vraiment pensé».

Il s’agit d’une question qui revient dans la plupart des entrevues d’embauche. C’est certain que vous vous attendez à cette question. Soyez honnêtes et réalistes.

3- Utiliser l’humour. Il n’est pas interdit d’utiliser l’humour pour répondre à cette question. Par contre, assurez-vous de bien jauger les personnes de l’autre côté de la table. Certaines personnes n’ont pas un sens de l’humour aussi développé que d’autres. L’humour est donc à utiliser avec parcimonie dans ce cas précis.

Comment trouver le job idéal en communication au Québec

Jeune femme à la recherche d’un emploi

Lorsqu'on est français ou belge et qu'on immigre à Montréal ou ailleurs au Québec, trouver un emploi en marketing n'est pas aisé. Aucune réponse aux 100 messages envoyés hier et pourtant vos études et vos expériences indiquent bien que vous êtes le candidat idéal pour les postes auxquels vous avez appliqué. Mais alors qu'est-ce qui ne va pas? Le CV? La lettre de motivation? Découvrez nos conseils pour que vous trouviez le job idéal en communication.

Jeune femme à la recherche drsquo;un emploi
Crédits : Flore-Aël Surun

Les emplois dans la communication

Si votre domaine de compétence ou de formation permet à une personne ou entreprise de développer ou exprimer son image d'une quelconque manière, alors considérez-vous de ce domaine. GraphisteDéveloppeur web, graphiste, animateur, photographe, réalisateur vidéo, rédacteur, journaliste, traducteur, chargé de projets, commercial… la liste est longue. Si vous faites partie de la liste, nous avons une bonne et une mauvaise nouvelle : la bonne est qu'il y a beaucoup d'emplois dans ces domaines et que la demande continue de croître. La mauvaise est que 80 % de ces emplois ne sont pas publiés. Pour les dénicher, pas de panique, vous allez devoir être méthodique, organisé et déterminé.

Définir où on va

La première chose à faire avant d'aller sur le site internet d'Emploi Québec et d'envoyer vos CV tous azimuts est de définir vos ambitions, vos goûts et vos compétences. Prenez une feuille et écrivez. Allez-y, ne soyez pas timide!

Exemple :

  • J'aime programmer en PHP, ça me relaxe.
  • J'aime la couture
  • Je sais photographier les voitures de sport

Ensuite, imaginez les entreprises pour lesquelles vous aimeriez travailler. Dans certains cas, il vaut mieux raisonner en terme de projet. Ainsi, quels sont les projets sur lesquels vous aimez le plus travailler? Qu'est-ce qui vous stimule vraiment, ce qui vous épanouit? Mettez tout à plat. Pour finir, écrivez vos ambitions à court, moyen et long termes. Dressez-les sur le plan professionnel et personnel. Cette étape est très importante. C'est en se connaissant bien qu'on s'oriente de façon sûre. En relisant vos notes, déduisez vers où vous comptez aller. Il faut comprendre que si vous vous orientez vers ce que vous aimez, ce qui vous passionne ou épanouit, votre entourage et vos employeurs (ou clients) le ressentiront. Vous dégagerez de l'enthousiasme et une détermination inébranlable que, certes, vous ne remarquez pas nécessairement, mais qui se sentira. Loi de l'attraction Et si des pensées limitantes du type « non, mais jamais je pourrais y arriver » ou « un emploi pareil ne doit vraiment pas exister » vous viennent à l'esprit, tirez-leur la langue un bon coup, et continuez votre route. Viser l'idéal ne veut pas dire que vous l'aurez aussitôt, mais que vous atteindrez votre objectif, tôt ou tard. Pour ceux qui doutent de cela, allez donc voir ce que Google pourrait dire à ce sujet.

Travail autonome ou salarié?

Le travail autonome ou travail à la pige vous permet de travailler pour un client (et non un employeur) sous forme contractuelle. Vous définissez une période de travail, une rémunération et diverses conditions, puis vous êtes payé après que vous ayez facturé le client. Bref, vous êtes votre propre patron! Le rêve, n'est-ce pas? Or, ce qu'on oublie quand on effectue du travail autonome, ce sont les parties que personne n'aime, à savoir :

  • la sollicitation de clients
  • le service après-vente (si, si, vous en aurez!)
  • définir clairement ses services et leurs prix
  • définir des stratégies marketing en fonction de la demande et du marché global
  • faire de la veille concurrentielle
  • faire la comptabilité
  • s'occuper des taxes, si nécessaire
  • payer les impôts
  • réclamer les paiements clients en retard
  • … et on en passe!

Comprenez que cette façon de travailler est excellente et possède aussi un lot d'avantages considérable, notamment sur la flexibilité des horaires et la possibilité de travailler dans un domaine qui vous passionne. Si vous choisissez de faire du travail autonome, lisez notre article à ce sujet.

stressant
Le travail autonome, un métier stressant et flexible – crédits : educaloi.ca
Nous vous conseillons aussi pour certains de ne pas hésiter à suivre une formation pour travailleurs autonomes. À Montréal, le SAJE propose des formations très intéressantes à ce sujet. Vous avez aussi beaucoup de blogues sur Internet publiant régulièrement des articles pour aider les travailleurs autonomes dans leurs problématiques. Si vous ne vous sentez pas d'attaque à prendre tant de responsabilités (et de liberté), optez pour un emploi en tant que salarié est judicieux. Cependant, prenez en compte que les offres d'emploi dans le domaine sont souvent saturées. Vous aurez plus de chance de trouver dans votre domaine, à la pige, plutôt qu'en tant que salarié.

Soigner sa présentation et mettre son costume de vendeur

Si vous souhaitez travailler dans la communication, alors votre présentation doit être impécable et refléter votre domaine au premier coup d’œil. Ainsi, nous vous conseillons de respecter les règles suivantes pour vous faire remarquer à coup sûr :

Plusieurs organismes peuvent vous aider à soigner votre présentation sur Montréal, l'OFII et la CITIM par exemple. Profitez-en dès que possible, c'est gratuit.

Mettez votre plus beau costume de vendeur! costume-super-150-alfredo-black

Que vous choisissiez de devenir travailleur autonome ou salarié, vous devrez considérer que vous êtes un professionnel avec un ou plusieurs services à vendre. Les entreprises veulent avant tout savoir quels bénéfices elles tireraient de signer un contrat avec vous. Ainsi, vous devrez savoir qui vous êtes, ce que vous voulez offrir, les avantages de vos services et les bénéfices pour les entreprises. La question revient souvent : « avantages et bénéfices de mon service, c'est la même chose, non? » Eh bien non! L'avantage démarque votre service de la concurrence tandis que le bénéfice est le bienfait qui découle de la caractéristique et de l'avantage de votre service.      

Exemple : Mon service est de développer de beaux sites internet sur WordPress. Ceci est mon service. Un des avantages de celui-ci est que WordPress possède un panneau d'administration agréable et facile d'utilisation. Le bénéfice pour le client est qu'il pourra gérer lui-même son contenu par exemple.

Maintenant que votre présentation est peaufinée et que votre costume est mis, allons démarcher un client ou chercher votre futur employeur.

Dénicher son futur client ou futur employeur

En tant que bon immigrant, le premier réflexe est d'aller chercher l'emploi idéal sur les banques d'emplois en ligne. C'est une solution envisageable, mais dans votre domaine, vous mettrez beaucoup d'énergie pour retour très aléatoire. Voici quelques méthodes pour trouver votre futur client ou employeur :

1) Armez-vous des Pages Jaunes et de Google

Il est temps de ressortir vos notes où vous avez tout mis à plat et de lister les entreprises qui pourraient entrer potentiellement dans vos critères. Faites une liste de 10 à 20 entreprises, classez-les par ordre de préférence puis étudiez-les un peu. Allez sur leurs sites Internet et leurs réseaux sociaux, regardez ce qu'elles font, leurs dernières actualités, les postes à pourvoir, etc. Ensuite, réfléchissez bien à ce que vous pourriez apporter à cette compagnie avec vos compétences. Listez tous les bénéfices de votre collaboration. Prenez en note les contacts apparents intéressants (chefs de RH, directeur/fondateur ou personne travaillant dans votre domaine). Puis contactez-les en favorisant le contact humain : allez-y en personne ou faites un appel téléphonique.

2) Faites du réseautage

Réseautage
Un exemple de réseautage de la BANFF 2013
Le réseautage est une pratique très courante au Québec et c'est l'occasion parfaite de rencontrer de nouveaux partenaires, des clients potentiels ou un employeur qui cherche à combler un poste. Beaucoup d'événements de réseautage sont accessibles sur Internet, d'autres moins. Pour optimiser vos chances, abonnez-vous aux infolettres d'organismes spécialisés dans votre branche, dans le secteur de vos clients ou sur l'entrepreneuriat. Si votre présentation est soignée, votre costume de vendeur est mis et que vous n'hésitez pas à vous faire remarquer lors de ces événements, vous accumulerez des contacts intéressants qui vous seront très utiles à court ou long termes. Ne négligez aucun contact, car celui-ci pourrait en connaître d'autres qui pourraient beaucoup vous intéresser.

3) Impliquez tout votre entourage

Parlez de l'emploi que vous convoitez tant ou des contrats que vous recherchez à tout votre entourage : lors d'une soirée, sur Facebook, à de nouvelles rencontres. C'est un excellent moyen de mettre au grand jour des emplois ou contrats bien dissimulés.

4) Faites des activités et/ou du bénévolat

S'inscrire à des activités, faire des loisirs ou du bénévolat est un très bon moyen de se faire de nouveaux contacts et saisir des opportunités cachées. Allez parler au monde, soyez naturel et stratégique à la fois.

5) Sites d'emplois et d'annonces

Sur Internet, vous avez plusieurs moyens de trouver un emploi, mais comme indiqué précédemment, le rapport énergies données/retours positifs est faible dans le domaine de la communication. Pour la recherche d'emploi, voici une courte liste de sites Internet que nous vous recommandons :

Pour le travail autonome, nous recommandons :

Une alternative très efficace pour les travailleurs autonomes sont les sites d'annonces connus, comme par exemple Kijiji et Craigslist. La demande étant très forte sur ces derniers, vous devrez vous démarquer en publiant une ou plusieurs annonces de façon stratégique pour obtenir des contrats potentiels. Pensez à utiliser des mots clés pertinents sur vos annonces.

Les petits conseils en plus

L'anglais, un grand atout

Parler anglais
Crédits : speakenglish.co.uk

Nous vous conseillons d'avoir un bon niveau en anglais, car vous pourriez tomber sur des clients ou des projets où l'anglais est de mise. Beaucoup d'organismes proposent des mises à niveau en anglais. N'hésitez pas à vous perfectionner ou à pratiquer. Le niveau bilingue n'est pas toujours un prérequis mais il est essentiel que vous sachiez lire, parler et comprendre l'anglais correctement.

Agence de communication

Faites-vous aider par une agence de communication pas chère pour soigner votre présentation. Vous n'avez pas idée à quel point votre e-réputation est importante ici. Mieux vous serez bien présenté, plus les opportunités viendront à vous, à moindre effort.

Adaptez votre attitude

Soyez professionnel et évitez les critiques désobligeantes ou l'arrogance. Vous en savez plus que votre client ou votre employeur? Très bien, vous pouvez lui en parler, mais restez bien à l'écoute vous aussi et ne forcez pas à ce qu'il adhère à votre avis nécessairement. Faites preuve d'humilité quand il le faut et portez un réel intérêt pour votre future entreprise ou client potentiel.

N'hésitez pas à commenter cet article si vous avez une remarque ou une question. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

Bon courage pour votre parcours professionnel!

 

Alexandre

Comment faire une recherche d’emploi efficace?

De plus en plus de sites web sont destinés à l’affichage de poste. Pour les employeurs, c’est pratique, ils affichent facilement l’emploi à plus gens. Par contre, les candidats sont plus en compétition.  Voici quelques trucs qui pourraient être utile à la personne qui veut une recherche d’emploi plus efficace.

9 trucs simples pour une recherche d’emploi efficace

recherche-emploi-efficace
Participez aux salons d’emploi
  1. Parlez à votre entourage. Il y a peut-être quelqu’un qui connaît quelqu’un qui cherche à embaucher;
  2. Allez dans les 5 à 7, conférences formations et autres événements de votre  industrie.
  3. Participez aux salons de l’emploi. Vous pourrez ainsi rencontrer les employeurs sur place et faire une première impression;
  4. Faites du bénévolat ou des stages. En plus de vous faire des contacts, vous accumulez de l’expérience.
  5. Évidement, faites le tour des sites d’offres d’emplois
  6. Mettez à jours vos profils dans les médias sociaux (Linkedin, Facebook)
  7. Relancer vos contacts de vos précédents emplois. On cumule souvent beaucoup de cartes d’affaires dans un poste c’est le temps de faire le ménage et des appels de courtoisie.
  8. Soumettez votre CV dans les grandes organisations. Elles gardent souvent des banques de candidats pour des postes qui se libèrent.
  9. Prenez des contrats à la pige pour rester actifs et en contact avec le milieu.
recherche emploi
Faire de la bénévolat

Le marché caché : un outil à la recherche d’emploi efficace

Qu’est-ce que c’est?

La réponse est simple : tous les emplois qui ne sont affichés nulle part. Le but est en fait de devancer les employeurs dans leur recherche. Ou de leur éviter de lancer la recherche.

Démontrez ainsi de la débrouillardise, de la volonté et de l’intérêt. Toutes des qualités très recherchées par les employeurs. Il ne vous restera plus qu’à réussir votre entrevue d’embauche.

Comment ça marche?

Postuler son cv dans les grandes organisations
  • Contactez les entreprises (par téléphone ou en personne) et parlez à la personne affectée à l’embauche;
  • Dites-lui pourquoi vous seriez un atout pour l’entreprise, ce que vous pouvez apporter en plus. Pour cela, vous devez vous connaître sur le plan personnel et professionnel. Dressez donc un bilan de vos compétences, valeurs et qualités au préalable;
  • Faites un suivi de votre candidature. Cela évitera que la personne rencontrée ne vous oublie. Attention quand même de ne pas tomber dans le harcèlement!

N’oubliez pas, ayez un CV à jour et une lettre de présentation dynamique et originale.

Crédit photos, flickr par

Comment réussir une entrevue d’embauche?

stressant

L’entrevue d’embauche peut constituer une étape  stressante d’une démarche de recherche d’emploi. Beaucoup se joue dans ce face à face avec notre futur employeur. Que ce soit avant, pendant ou après il est bon d’avoir des trucs simples pour se démarquer à l’entrevue.

Se préparer avant l’entrevue d’embauche

Avant l’entrevue, faites une introspection personnelle et professionnelle. Important, avant d’aller à votre entrevue, déterminez :

  • vos qualités,
  • vos défauts,
  • vos valeurs
  • et vos compétences professionnelles.

Ce travail peut vous permettre de vous démarquer à des questions prévisibles, dont la très connue « Quel est votre plus grand défaut? ».

Renseignez-vous sur l’entreprise pour laquelle vous postulez. Ex.:

produits ou services, missions, valeurs, administrateurs, dernières nouvelles, compétiteurs.

À coup sûr, les employeurs vont préférer quelqu’un qui connaît l’entreprise, de un, et, de deux, quelqu’un qui possède à peu près les mêmes valeurs. Il en va de l’image de l’entreprise tout de même!

Combattre la nervosité à pendant l’entrevue d’embauche

L’attitude qu’on dégage durant une entrevue d’embauche est, bien entendu, très importante. La nervosité  peut nous nuire. Voici des points à se rappeler :

  • Être souriant. Il est plus agréable de travailler avec quelqu’un qui a l’air heureux, plutôt qu’avec un air bête.
  • Se détendre. Respirer par le nez est un bon moyen de se détendre pendant l’entrevue. On aura ainsi plus de facilité à répondre aux questions plus délicates.
  • Être enthousiaste. Il faut démontrer de l’intérêt et surtout ne pas être blasé.
  • Rester soi-même. L’honnêteté est toujours la meilleure voie à prendre.
  • Regarder l’interviewer dans les yeux. Encore une fois, cela démontre de l’intérêt.
  • Rester positif. Qui veut travailler avec une personne croulante?


Évitez les erreurs de bases lors de l’entrevue

  • Récitez son C.V.
  • Ne pas se préparer
  • Poser des questions impertinentes et centrez sur soi
  • Dire du mal de vos anciens employeurs
  • Question du salaire
  • Ne pas avoir de question
  • Mentir
  • Manque de confiance en soi
  • Raconter sa vie
  • Manque d’écoute
  • Être mou , ne pas avoir faim de l’emploi et ne pas avoir d’objectif.

http://entretienembauche.tv

Après l’entrevue d’embauche

Le travail n’est pas terminé après l’entrevue. Avant de partir, il ne faut surtout pas oublier de serrer la main de l’interviewer et de lui demander quand la décision sera prise.

Rendu chez soi, il faut idéalement faire un bilan. Le meilleur moyen est de repenser à l’entrevue et de relever ce qui a bien été et ce qui a moins bien fonctionné. On pourra alors améliorer certains points pour la prochaine fois.

On vous souhaite bonne chance dans vos recherches d’emplois.